Humour sexiste sur place ou à emporter – Bagelstein alimente la violence - les Chiennes de garde portent plainte au JDP

La chaîne de restauration rapide Bagelstein, spécialisée dans la confection de sandwiches dans des pains appelés bagels, (une trentaine de boutiques en France) est coutumière des campagnes de publicités d’un goût douteux et particulièrement sexistes et homophobes. Les Chiennes de garde avaient déjà été saisies par des internautes qui leur avaient envoyé des photos de « blagues » affichées sur leurs vitrines et avaient relayé l’information en la publiant sur leurs réseaux sociaux.

Aujourd’hui, Bagelstein va plus loin et surfe sur une affaire de harcèlements et agressions sexuelles. L’affiche, photographiée à Nantes et relayée sur les réseaux sociaux vendredi 3 juin, met en scène un échange de SMS fictifs avec Denis Baupin, qui commence par : « Il est chaud votre trou ? »

L’affichage sur l'emballage des produits, des menus et des murs de cette enseigne multiplie des propos inacceptables.

  • Il existe trois catégories de femmes: les putes, les salopes et les emmerdeuses. Les putes couchant avec tout le monde, les salopes couchent avec tout le monde sauf avec toi, les emmerdeuses ne couchent qu'avec toi (Frédéric Dard).
  • Un homme amoureux ne brisera jamais le cœur d'une femme. Mais son cul peut-être.
  • J'en ai marre de ces gays là.
  • L'amour c'est sportif surtout quand l'un des deux n'est pas d'accord.
  • Donne pouffe en bon état. A peine utilisée. Peu de conversation.
  • Il ne faut pas jouer avec le cœur d'une femme mais plutôt avec ses seins, elle en a deux. 
  • Quand je vois tes yeux, je suis amoureux ; quand je vois ton cul, je suis très déçu.

Ces propos sont également relayés sur leur compte Twitter qui propose chaque jour des défis à leurs clients :

  • Cap ou pas cap de mettre ta main sous la jupe de Serena Williams ?
  • Cap ou pas cap d'embrasser sur la bouche quatre collègues de bureau ? 
  • Cap ou cap de créer la rubrique 'vieux loups' avec Denis Baupin, Georges Tron, Massimo Garcia ? 
  • Cap ou pas cap de recenser les plus beaux trous de Paris ? 
  • Cap ou pas cap de publier les conseils de drague de Denis Baupin ? 

Les Chiennes de garde dénoncent ces incitations sexistes / homophobes au harcèlement et à la violence.

Ces images dégradantes des femmes renforcent les stéréotypes sexués et participent au climat sexiste qui légitime les violences faites aux femmes dans notre société et contre lequel nous luttons.

Les stéréotypes sexistes servent à légitimer les discriminations et sont l'un des maillons d’un système inégalitaire qu'il est du devoir de toutes et de tous de combattre.

Les Chiennes de garde rappellent la résolution 1751 du Conseil européen titrée « Combattre les stéréotypes sexistes dans les médias » qui spécifie depuis 2010 : « La représentation des stéréotypes sexistes varie de l’humour aux clichés dans les médias traditionnels, jusqu’à l’incitation à la haine et à la violence fondées sur le genre sur Internet. Les stéréotypes sexistes sont trop souvent banalisés et tolérés, au nom de la liberté d’expression. De plus, ces stéréotypes sont souvent subtilement véhiculés par les médias, qui reproduisent des attitudes et des opinions perçues comme la norme par des sociétés où l’égalité des sexes est loin d’être une réalité. De ce fait, trop souvent, les stéréotypes sexistes ne peuvent pas être attaqués en justice ou sanctionnés par les instances de régulation ou d’autorégulation, à l’exception des cas de violation de la dignité humaine les plus graves. »

Avis du JDP au 1er juillet 2016 à voir / télécharger ici...