< retour

Prix du Ringard de l’année 2017

À l’occasion du 8 mars, Journée internationale pour les droits des femmes, les Chiennes de garde décernent le prix du Ringard de l’année à l’auteur de la déclaration publique la plus sexiste de 2017.

 

Au tableau de déshonneur, Thibault Estadieu, maire de La Salvetat-sur-Agout (Hérault), qui a posté sur Facebook, le 20 mars 2017, à propos d’Audrey Crespo-Mara : « Pouffiasse de présentatrice de TF1 à l’allure de cagole (…) n’a qu’à aller se prostituer ailleurs. »

 

 

Et aussi :

François Rochebloine, candidat dans la 3e circonscription de la Loire, qui le 17 juin 2017  a dit, à propos de Valéria Faure-Muntian, élue députée le lendemain : « Le problème c’est sa compétence, même si elle a l’air très agréable. Je ne pense pas qu’elle aura le temps de faire sa lessive et d’emmener ses enfants à l’école… » (France Bleu Loire)

Philippe Fasan, adjoint au maire de Montauban (Tarn-et-Garonne) qui a posté sur Facebook le 13 octobre 2017 : « En chaque femme, il y a quelque chose de bien mais je dois l’introduire moi-même. »

 

Liste des autres phrases sexistes de 2017 sélectionnées par les Chiennes de garde :

« Jeune, belle et arbitre (…) beaucoup plus photogénique, en conviendront les moins hypocrites » à propos de femmes arbitres de football

« Prude jeune fille, prête à signer un contrat dans la chambre de Walstein [Harvey Weinstein – ndlr]…#balancetapetasse » à propos d’une actrice

 « Une jolie fille » à propos d’une femme politique

« Je comprends que vous me posiez cette question, parce que vous avez été absente quelque temps et je me permets de vous en féliciter. Mais j’ai déjà répondu vingt fois (…) à la question » à propos d’une journaliste de retour de congé maternité

« Pintades» à propos de journalistes

 

Mention spéciale aux coupeurs de parole Jean-Marie Le Guen et Eric Woerth

Le 23 juin, lors des débats sur les résultats des élections législatives, Cécile Duflot est interrompue à plusieurs reprises par ces deux hommes politiques. Duflot : « Les femmes sont toujours interrompues. » Woerth aussitôt : « Ah ça, c’est le truc classique ! »

Buzz Feed France a également révélé que Nathalie Kosciusko-Morizet a été interrompue deux fois plus que ses collègues masculins lors du débat de la primaire de la droite et du centre en vue des élections présidentielles.

 

Adresser une injure publique à une femme, c’est insulter toutes les femmes. Nous nous engageons à manifester notre soutien aux femmes attaquées publiquement en tant que femmes. Nous affirmons la liberté d’action et de choix de toutes les femmes.

Nous, Chiennes de garde, préservons une valeur précieuse : la dignité des femmes. Elle est inséparable de la dignité humaine. Elle doit être respectée par tous. (Extrait du manifeste des Chiennes de garde, 1999)

 

En 2019, les 20 ans des Chiennes de garde

Depuis 1999, les Chiennes de garde défendent la dignité des femmes en dénonçant les violences symboliques (mots et images) contre les femmes dans l’espace public.

En mars 2019, elles remettront le Prix du Super-ringard à l’auteur de la phrase élue comme la plus sexiste des 10 dernières années.

En septembre 2019, elles célèbreront leurs 20 ans en compagnie de signataires du manifeste d’origine.

http://machodelannee.com/wp/prix-du-ringard-de-lanne-2017/